Marcel Merkes et Paulette Merval

 
 

Biographie

Marcel Merkes et Paulette Merval sont de la belle région d’Aquitaine. Marcel Merkes est né le 7 juillet 1920 à Bordeaux. Il obtient plusieurs prix d’opéra et d’opérette au conservatoire de Bordeaux. Il débute à 22 ans au grand théâtre de Bordeaux et chante Des Grieux dans Manon et Werther. A l’époque, il est le plus jeune Figaro de France.


C’est dans les couloirs du conservatoire qu’il fait la connaissance de Paulette Merval. Paulette Merval, née à Aubeterre, est en classe de violon et chant. C’est là que tout commence.
Nous sommes à la sortie de la guerre et l’opérette connaît un nouveau souffle en 1945 avec Francis Lopez, Luis Mariano et leur Belle de Cadix. Les trois grands théâtres de l’opérette à grand spectacle sont toujours le Châtelet, Mogador et la Gaité-Lyrique. Si la Gaité-Lyrique marque un gros coup avec Chanson Gitane de Maurice Yvain avec André Dassary en 1946 et le théâtre du Châtelet continue les représentations du chasseur d’image avec Fernandel, Henri Varna, le directeur du théâtre Mogador, se cherche encore. Ayant pris la direction de ce superbe théâtre, qui a vu la création de succès comme No No Nanette, Rose-Marie et l’Auberge du Cheval Blanc pendant l’entre deux guerres, il n’a monté que des reprises (Les Cloches de Corneville, La veuve Joyeuse, les Saltimbanques, la Mascotte) et vient de créer La vie de Château qui ne restera pas longtemps dans les mémoires. Il manque un « je ne sais quoi » à Mogador.

Henri Varna a décidé de reprendre l’opérette de Oscar Straus, Rêve de Valse. Pour cette opérette, très romantique, créée en France au théâtre de l’Apollo, Henri Varna fait passer des auditions et notamment pour le rôle du personnage principal de la pièce, Maurice de Fontségur. Marcel Merkes, muni d’un billet de recommandation de Maurice Escande, se fait tout de suite remarqué par sa prestance et sa belle voix de baryton, et propose à Henri Varna d’auditionner une amie, qu’il présente ensuite comme sa femme. La jeune Paulett
e Merval séduit. Elle chante à merveille et en plus, joue du violon comme Franzi, l’héroïne féminine. Henri Varna sent ce qu’il peut apporter de nouveau à Mogador et s’écrie « Voici mon couple ! ». Le 22 mars 1947, la carrière parisienne du couple idéal de l’opérette commence et c’est le succès. Notons que cette reprise voit les débuts d’une artiste qui fera parler d’elle : Maria Candido.
 
Marcel Merkes crée ensuite Violettes Impériales, opérette de Vincent Scotto, mais sans Paulette Merval. Sa partenaire est Linda Walls. Cette opérette est un véritable succès et est reprise plusieurs fois à Mogador jusqu’en 1962. 
Marcel Merkes et Paulette Merval restent attachés au théâtre Mogador tout le long de leur carrière et seules deux infidélités ont lieu dans leur carrière : Marcel Merkes au théâtre du Châtelet pour une comédie musicale américaine,Annie du Far West avec Lili Fayol et Paulette Merval pour Rose-Marie au théâtre de l’Empire, tous deux débauchés par Maurcie Lehmann, directeur du Châtelet et producteur de Rose-Marie. 

Après une Veuve Joyeuse, de retour à Mogador, encore une fois sans Paulette Merval, mais avec Marina Hotine, notre couple se retrouve enfin pour une création qui allait triompher de nombreuses années : Les amants de Venise, la dernière opérette de Vincent Scotto. Cette opérette, magnifiquement et luxueusement montée par Henri Varna, alors au sommet de son art, se joue plusieurs années dans ce temple de l’opérette, rivale alors du Châtelet qui programme Luis Mariano et Francis Lopez. Elle est reprise avec autant de succès en 1966. Casting de rêve, Henri Varna joue même le rôle du cardinal.

Henri Varna fait toujours confiance à notre couple vedette à de nombreuses reprises, notamment, pour une nouvelle création en 1955, Les Amours de Don Juan, puis pour la résurrection de Rose Marie dans le théâtre de sa création en 1963 et dans la création de l’opérette de Jack Ledru, Michel Strogoff. 

Marcel Merkes et Paulette MervalEn 1967, Henri Varna produit sa dernière opérette « Vienne chante et danse » sur des musiques de Johann Strauss et Jack Ledru. Sa dernière mise en 
scène est une véritable féerie où évoluent Marcel Merkes et Paulette Merval. Pour Paulette Merval, ce spectacle reste un de ses meilleurs souvenirs. Henri Varna meurt en 1969, laissant orphelin le théâtre Mogador.

Hélène Martini, qui lui succède à Mogador, fait une dernière fois appel à Marcel Merkes et Paulette Merval pour une comédie opérette de Charles Aznavour et Georges Garvarentz qui les plonge dans la Russie des tsars et la France de la Belle Epoque : Douchka.


Les reprises des opérettes en Province s’enchaînent et en 1979, Marcel Merkes et Paulette Merval décident de faire une dernière tournée avec Princesse Czardas de Kalman. Cette opérette jouée en France et en Belgique sera le seul témoignage intégral télévisé. 
La carrière de notre couple vedette est exemplaire. Pour se ressourcer, notre couple vedette se retrouve dans leur ferme en Aquitaine. Ami de la pêche, Marcel Merkes est aussi un footballeur averti. Il a été ancien équiper girondin. 

Paris les revoit deux fois encore à l’Olympia en 1984 et à la salle Peyel en 1994.

Marcel Merkes et Paulette Merval ont été honorés de nombreuses décorations (Légion d’honneur, Arts et Lettres, Palmes Académiques, Mérite Agricole). Mais, comme le disait Paulette Merval à des journalistes en 1984, la plus belle création et réussite de nos vedettes est leur fils : Alain Merkes, qui après une brillante carrière de chanteur d’opérette, a dirigé et animé avec brio les saisons d’opérettes du grand théâtre de Bordeaux. 

Marcel Merkes et Paulette Merval se sont mariés plus de 6000 fois sur scène et comptabilisent plus de 10.500 représentations.

Marcel Merkes nous a quitté le 30 mars 2007 à Pessac et Paulette Merval le 21 juin 2009 à Bordeaux.



 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement