Marcel Merkes et Paulette Merval

 
 

Alain Merkes

Il était impossible d'évoquer Marcel Merkes et Paulette Merval sans mentionner la brillante carrière de leur fils Alain.

Sorti du conservatoire de Bordeaux en 1975 avec un premier prix d’opérette, Alain Merkes, sous le nom d’Alain Valmer, intègre deux grandes tournées de Mogador : Douchka et Vienne Chante et Danse.

Il va ensuite voler de ses propres ailes et reprendre son nom. On le voit sur toutes les scènes de France et de Belgique dans une palette de rôles assez large allant des pères de l’opérette à Francis Lopez.

Il s’illustre dans les œuvres d’Offenbach (La Vie Parisienne, La Fille du Tambour-Major), dans l’opérette " classique " (les Saltimbanques), dans l’opérette de l’entre deux guerres (un magnifique La-Haut avec Michel Dunand, Coup de Roulis, L’Auberge du Cheval Blanc), sans oublier l’opérette viennoise (Le Pays du Sourire) et l’opérette de l’après guerre (La Route Fleurie, Monsieur Carnaval).


En 1980, il interprète brillamment " Un de la Canebière " pendant la saison d’été au théâtre de la Renaissance à Paris.
 

En 1982, à Besançon, il crée une opérette nouvelle de Francis Lopez " Vacances au soleil ".

En 1984, on le voit à l’Olympia avec ses parents et à Pleyel en 1994.

Sa carrière va évoluer en 1994 quand il prend la direction des saisons d’opérettes de l’Opéra de Bordeaux au théâtre Fémina. Pendant de nombreuses saisons, il propose cinq spectacles par saison qui balaient toutes l’histoire de l’opérette avec éclectisme. Ses saisons d’opérette présentent des mises en scène de grande qualité avec des distributions de haut niveau.

En résumé, une belle carrière, bien remplie, toute au service de l’opérette.

J'aime la mer




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement